Quid

Quinze Cents Signes : drôle de nom, mais pas tant que ça

Il s’agit du nombre de caractères (espaces compris) composant un « feuillet ».

Le « feuillet » est au journaliste ce que le stère est au forestier ou le mètre-étalon au Pavillon de Sèvres : une unité de mesure. Il est utilisé pour toute commande d’article dont il conditionne le calibrage.

Partout où il y a de l’écrit, il y a quelqu’un qui tient le stylo, qui pianote sur le clavier.

Quinze Cents Signes est une agence spécialisée dans la communication rédactionnelle.

Faisons les présentations :

Quinze Cents Signes a été créé en 2008 par deux journalistes-rédacteurs-concepteurs, généralistes et tout terrain.

Leur expérience dans l’écrit est diversifiée : PQR, presse institutionnelle, presse consulaire, presse sportive, presse spécialisée (économie, champagne, urbanisme, santé), presse d’entreprise (interne et externe).

Ils interviennent pour le compte de medias, agences de communication, collectivités, entreprises.

L’équipe respecte strictement la parité homme-femme

Jacques Rivière (drôle, râleur, sportif….) a rencontré l’écriture avant le journalisme. Son premier livre sur le rugby cosigné avec un ami le lance d’une manière inattendue sur la voie de la presse sportive parisienne. Il renonce alors au notariat auquel il était près d’accéder et expérimente tous les postes de la chaîne : journaliste, secrétaire de rédaction, rédacteur en chef.

Catherine Rivière n’est ni petite ni brune ni névrotique ni grande gueule ni pessimiste. L’envie de journalisme la travaille depuis l’âge de 15 ans. Elle n’a pas pour autant pris la ligne la plus droite pour y parvenir. Après des études juridiques, elle se forme dans la presse d’entreprise parisienne, la quitte pour la province où elle se familiarise avec la communication des collectivités et pige pour la PQR. 

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion